Mon défi

La naissance d’une idée

Ne me demandez pas comment vient une idée. Elle surgit du néant en un clin d’œil ! Alors que, quelques secondes auparavant, rien ne laissait supposer son irruption, elle s’impose sans retour en arrière possible. Quand on court, même si l’on reste vigilant sur tout ce qui touche à notre sécurité et attentif à tout ce qui nous entoure, l’esprit vagabonde et saute d’une réflexion à une autre. C’est ainsi que je suis arrivé à me demander sur quelle distance maximale j’étais capable de courir et comment je pouvais me tester. Je me suis donc retrouvé avec une idée pour laquelle deux choix se présentaient. Soit j’essayais de l’oublier, soit je la laissais se frayer un chemin dans les méandres de mon esprit pour tenter de lui donner corps. C’est cette deuxième option qui s’est imposée ; elle était tellement séduisante…

J’ai toujours été attiré par les longues distances et, si je n’apprécie guère le vélo, j’envie les cyclistes qui peuvent avaler de très nombreux kilomètres grâce à leur monture à deux roues. Pour parcourir à pied des distances équivalentes, deux choix sont possibles. Le premier choix consiste à mettre ses chaussures et à courir jusqu’à épuisement en se ménageant de petites pauses pour se ravitailler et dormir un peu ; c’est une façon de faire qui peut réserver des surprises. Si je me réfère à un ami adepte de cette pratique, il peut arriver, sous l’effet de la fatigue, de se retrouver accompagné par un personnage sorti tout droit se son imagination avec lequel la discussion n’est pas impossible… En termes de distances, le résultat peut être tout à fait honorable mais je garde cette façon de procéder pour une prochaine fois… Le second choix, pour envisager de se lancer sur un (très) long parcours,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *