EMIL ZÁTOPEK

EMIL ZÁTOPEK

Une citation

C’est bien longtemps après avoir commencé la course à pied que j’ai découvert cette citation : « Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon ». Elle est de Emil Zátopek surnommé « La Locomotive tchèque », « Le Tchèque bondissant ». Il n’est pas inutile d’avoir un peu de recul pour apprécier la véracité de ses propos. En effet, c’est en regardant en arrière que l’on s’aperçoit à quel point se fixer un objectif élevé modifie ses habitudes… pour peu qu’on se donne les moyens de ses ambitions. Ce sont tous les aspects d’une vie qui peuvent être impactés voire transformés dès lors que l’on met sa volonté à l’épreuve au quotidien. Et ce ne sont pas les obstacles qui manquent quand on veut faire preuve de « rigueur, régularité et persévérance ». N’étant pas différent de mes « congénères » coureurs, je ne suis bien sûr pas à l’abri de pareils écueils…

Une voie à suivre

Comme souvent, ce n’est qu’après avoir réalisé un gros effort que l’on se rend compte de la tâche accomplie. Et ce n’est qu’a posteriori que l’on comprend que l’on peut toujours en faire plus que ce dont on se croit capable. Cela me rappelle la célèbre phrase de Tigibus : « Si j’aurais su, j’aurais pas venu ». Je me dis que c’est très bien ainsi de ne pas connaître par avance toutes les difficultés qui nous attendent car, juste par peur de ne pas pouvoir les affronter, on se priverait alors de beaucoup de plaisirs. La difficulté ne signifiant pas forcément le déplaisir, bien au contraire, il faut même parfois savoir aller à sa rencontre. Ce qui compte, à la fin de l’histoire, c’est de pouvoir dire que ça valait la peine de le faire.

Que cela signifie-t-il dans la pratique de la course à pied ?

Emil Zátopek en 1951 *

* Roger Rössing & Renate Rössing / Deutsche Fotothek. La photo a été recadrée et une citation a été ajoutée. (CC BY-SA 3.0 DE) Partage dans les mêmes conditions.

Commentaires

Cette citation de Emil Zátopek a complètement changé ma vision de la course à pied. Pour moi, c’était une activité rébarbative et maintenant je ne pourrais pas me passer de courir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *