Vous avez aimé cette page ? Alors, partagez-la...

Comme souvent, tout est question de point de vue ! On peut donc adopter une définition purement objective comme celle de la FFA ou bien s’en tenir à une vision basée plus sur l’expérience et les sensations. Cette dernière approche est très personnelle…

 Définition de la FFA :

Courses en montagne : manifestations pédestres se déroulant principalement en dehors des routes, sur itinéraire balisé, en terrain montagneux, avec de fortes dénivellations, en montée ou en montée-descente en présentant un minimum de 500 m de montée et 300 m de dénivelé maximum entre le point haut et le point bas ; 20% maximum de route goudronnée. On distingue :

  • les courses en montée (principalement en montée) ;
  • les courses en montée-descente (arrivée au même niveau).

Courses en nature : manifestations pédestres se déroulant principalement en dehors des routes sans utilisation ni de matériel alpin ni de technique alpine, sur itinéraire matérialisé (excluant l'utilisation de la boussole). On distingue :

  • les « Trails Découverte» : distance inférieure à 21 km ;
  • les « Trails courts » : distance supérieure ou égale à 21 km et inférieure à 42 km ;
  • les « Trails » : distance supérieure ou égale à 42km et inférieure à 80 km ;
  • les « Ultra-Trails » : distance supérieure à 80 km.

 Ce que j’en pense…

C’est de la course à pied en milieu hostile qui consiste à ne pas trop se fatiguer à la montée et à prendre le temps de se reposer à la descente. Ça grimpe dur, ça descend raide, il fait chaud, il fait froid et si on ne trouve pas de boue ou de cailloux ça devient monotone. Une fois que l’objectif est fixé, il n’est pas question de s’en écarter et, tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie, on ne sait pas comment ça se terminera.

La course à pied est le parfait exemple de la domination que l’esprit peut exercer sur le corps, l’illustration d’une volonté qui peut repousser les limites. C’est la mise en application de la fameuse citation : « Là où il y a une volonté, il y a un chemin ». Pour parvenir à se frayer ce chemin, la lutte est avant tout intérieure pour autant que la condition physique suive un minimum.

Le trail est un sport de besogneux qui permet d’éprouver sa faculté à supporter la rigueur et la discipline aussi bien pour l’entraînement que pour le mode de vie qui l’accompagne (alimentation, sommeil,…). Dans ce sport, il n’y a pas d’autre moyen que de se confronter à la réalité du terrain pour apprendre à gérer la fatigue, à endurer la douleur, à se remettre d’un mauvais départ, à surveiller sa réserve d’eau, à s’adapter aux mauvaises conditions… Parce que, forcément, quel que soit son niveau, il viendra un moment de doute et il faudra trouver la force de repousser l’incertitude. Vous souvenez-vous de la « Litanie contre la peur » dans le Cycle de Dune ?

« Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi. »

En ce qui me concerne, pour la course à pied, le doute et la peur sont de même nature. Mais tout ça n’est que la théorie ; le plaisir et l’envie priment sur tout le reste. ! Le trail est un voyage qui vaut le détour mais il a un prix ; en temps, en volonté, en démotivation,… Chaque décor a son envers !

Voici quelques vidéos pour illustrer mes propos :-)

  • Star Wars : la leçon de Maître Yoda

    Dans cette scène, on retrouve le célèbre dialogue entre le maître Yoda et Luke Skywalker et notamment la fameuse réplique : « Non, n’essaie pas ! Fais-le ou ne le fais pas ! Mais, il n’y a pas d’essai. »

  • Dune : Litanie contre la peur

    « I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past, I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain. »

  • Running : A 10 minute tribute to the 1979 film

    Un film que tout coureur devrait avoir vu ; en dehors de toutes considérations cinématographiques… C’est un mélo de première mais on comprend que la volonté est au centre de tout !

 Là où me mènent mes pas !

Dans le trail, on ne circule pas sur des autoroutes rectilignes et éclairées, il faut être un bon observateur pour trouver son chemin. Il faut également savoir lire le terrain pour économiser ses forces et faire preuve d’une grande concentration pour éviter les accidents. Enfin, un bon sens de l’orientation n’est pas négligeable pour s’écarter des sentiers tout tracés. Pourvu de tous ces atouts ☺, le terrain de jeu est sans limites !

A toute heure du jour ou de la nuit, par +40°C ou -20°C, sous le soleil ou sous la pleine lune, dans le brouillard, dans le vent, sous la pluie, sur les sentiers enneigés et les routes verglacées, les occasions ne manquent pas pour profiter des sensations que nous offre la nature : la neige qui scintille sous la lumière de la lampe frontale ; la glace qui craque sous les pas ; les traces des animaux (cerfs, chevreuils, sangliers,…) ; le bruit des rivières gonflées d’eau ; les branches qui ploient sous le poids de la neige ; la difficulté pour capter les odeurs dans un air froid ; la lumière lointaine des hameaux… Pour celui qui s’y connaît un peu, le ciel étoilé est toujours un spectacle remarquable. Quel plaisir de retrouver Deneb de la constellation du Cygne, de naviguer de Cassiopée jusqu’à Orion, d’apercevoir Jupiter, d’observer les Pléiades (M45) et de rechercher la nébuleuse d’Orion (M42). Pour se faire une idée, c’est ici.

 Développement personnel

Savoir de quoi l’on est capable, apprendre à écouter son corps, trouver l’équilibre dans l’effort ; le trail permet de développer la connaissance de soi. Il n’est nul besoin de faire appel à un coach personnel pour trouver ce que l’on a déjà en soi : la force, le courage et la volonté. De même, une fois sur les chemins, il est inutile d’aller bien loin pour faire le plein de pensées positives et de bien-être.

Il suffit donc de mettre sa paire de chaussures préférées et de passer le pas de la porte pour tenter de relever tous les défis que l’on peut imaginer. Mais, dans cette perspective, s’il faut avoir des objectifs ambitieux, il faut néanmoins rester réaliste ! Vous l’avez bien compris ; la finalité n’est pas de s’effondrer, épuisé, sur la ligne d’arrivée après avoir usé toutes ses ressources.

 Une communauté

Quelles que soient les raisons qui vous ont motivé, poussé, décidé à pratiquer la course à pied , vous faites désormais partie d’une communauté très active. La vitalité des blogs et des forums, le nombre d’événements proposés en sont la preuve. Comme la richesse des conseils et la diversité des témoignages : contributions de passionnés anonymes que l’on peut rencontrer à l’occasion d’une compétition ou au détour d’un chemin. Moi-même, à mon humble niveau, au travers de ce site, j’essaye d’apporter ma pierre à l’édifice.