Dossier du mois

 

Le dossier du mois par Volodalen : ENDURANCE ET DON DE SANG

La capacité du corps à délivrer l'oxygène aux muscles actifs est un facteur essentiel de la consommation maximale d'oxygène (VO2max) et – plus important – de la performance sportive en endurance. Ainsi, les techniques licites ou illicites destinées à augmenter la concentration en hémoglobine du sang (EPO, entraînement en altitude…) engendrent une augmentation proportionnelle de VO2max et des performances sportives de durée. Mais qu'en est-il lorsque les techniques consistent non pas à ajouter mais à enlever "du sang" ?

Le don de sang

Selon l'établissement français du sang, chaque année les dons de sang, de plaquettes et de plasma sont nécessaires à plus d'un million de malades. 4% des français donnent leur sang. Parmi ces donneurs, on trouve plusieurs milliers de spécialistes de sports d'endurance. Pour ces donneurs un peu particuliers, le don de sang peut soulever quelques questions voire quelques craintes.

Les faits

Au cours d'un don de sang total, 450 à 500 ml de sang sont prélevées. Une équipe allemande a testé les effets d'un tel prélèvement sur les paramètres sanguins et sur les performances en endurance de sportifs entraînés. 24 heures après le prélèvement de sang, la quantité d'hémoglobine et la VO2max des sportifs étaient réduites de 9% alors que l'intensité et la durée de l'effort diminuaient respectivement de 13 et 8%. Le niveau du seuil anaérobie dégringolait de 81 % à 71 % de VO2max. Ainsi, la capacité à produire un effort en endurance est réduite après un don de sang. Outre cette expérimentation allemande, d'autres études ont montré que 24 heures après un don de sang, la capacité à produire un effort est réduite. 24 heures après oui, mais 48h, 3 jours, 1 semaine, 1 mois après la prise de sang, qu'en est-il ?

Combien de temps ?

Les réponses étayées que nous avons trouvées à ces questions brillent par leur quasi absence. Nous savons qu'un tiers des donneurs de sang vit de légères complications suite à un don. Parmi ces tracas, une fatigue est ressentie dans 80% des cas. Les témoignages de sportifs fatigués lors d'une séance réalisée dans les jours qui suivent un don sont légion. Le respect des conseils de prudence doit permettre d'éviter une bonne part de ces désagréments. Ces conseils préconisent d'éviter de pratiquer toute compétition et/ou un sport de façon intense dans les 48 heures qui suivent le don. Voilà ! Nous sommes passés de 24h à 48h. Mais nous n'avons toujours pas d'informations sur des durées plus longues. Alors passons par la case "mécanismes physiologiques" pour tenter de comprendre ce qui se passe dans l'organisme suite à un don de sang.

Données physiologiques

Sachant qu'un adulte entraîné a un volume de sang proche de 5-6 litres, un don de 450-500 ml représente moins de 10% du volume total. Le sang est constitué d'une partie liquide et d'éléments figurés (globules rouges, plaquettes…). Si le volume sanguin est récupéré en quelques heures (24 à 48 h) lorsque l'hydratation est correcte, il est loin d'en être de même des globules rouges et donc de la capacité à transporter l'oxygène. Il faut 90 à 120 jours au corps pour produire de nouveaux globules rouges. Avec des compléments adéquats en fer, le taux d'hémoglobine retrouve ses niveaux de base après 3 ou 4 semaines. Serais-ce à dire que les sportifs entraînés ne doivent pas donner leur sang dans l'intervalle 1 – 4 mois qui précède une compétition ? Pas tout à fait !

Combien de temps (2) ?

En 1995 une équipe américaine a montré que des cyclistes compétiteurs voient leurs performances maximales diminuer au moins pendant la semaine qui suit le don de sang. Bien que les données soient insuffisantes, bien que les études ne soient pas légion, bien que de nombreuses variables rendent la prédiction difficile et discutable, les quelques résultats qui existent associés à des témoignages étayés, portent à penser que les performances maximales peuvent être affectées durant 1 à 3 semaines après le don de sang. En revanche, il apparaît que les performances sous-maximales ne sont pas ou peu affectées comme n'est pas affecté le niveau de forme de sujets sportifs mais non compétiteurs. Il existe toutefois des "profils à risque". Ainsi les sujets présentant des niveaux initialement bas en hémoglobine ou en fer présentent des risques accrus de fatigue. D'ailleurs depuis 2008, le contrôle du taux d'hémoglobine est réalisé lors de chaque don de sang. Les donneurs dont le taux d'hémoglobine est bas (inférieur à 12g/dl pour les femmes et à 13g/dl pour les hommes ) sont écartés du don pour une durée minimale de 6 mois. En outre, les donneurs écartés sont encouragés à consulter un médecin. De même, si vous sentez une fatigue manifeste et durable (au-delà d'une semaine) après un don de sang, n'hésitez pas à aller consulter.

Pour conclure

Si vous êtes sportif et que vous décidez d'accomplir cet acte généreux qui consiste à donner son sang, pensez à bien boire, à manger avant et après le don, suspendez votre entraînement (tout au moins les séances intenses) dans les deux jours qui suivent le don. Et si vous êtes bien entraînés et que vous souhaitez réaliser une performance maximale, évitez le don de sang dans les 2 à 3 semaines qui précèdent la compétition.


Références

Dellweg D , Siemon K , Mahler F , Appelhans P , Klauke M , Köhler D . [Cardiopulmonary exercise testing before and after blood donation]. Pneumologie. 2008;62(6):372-7.
Eichner ER: Donating blood: altruistic but ergolytic. Sports Med Digest 2001;23:25
Janetzko K, Böcher R, Klotz KF, Kirchner H, Klüter H. Vox Sang . 1998;75:7-11. Effects of blood donation on the physical fitness and hemorheology of healthy elderly donors. Vox Sang 1998;75(1):7-11.
Mollison FL , Engelfried CP, Contreras M: Blood Transfusion in Clinical Medicine, ed 8. Boston , Blackwell Scientific Publications, 1987
Newman BH . Blood donor complications after whole-blood donation. Curr Opin Hematol. 2004;11:339-45.
Panebianco RA, Stachenfeld N, Coplan NL, et al: Effects of blood donation on exercise performance in competitive cyclists. Am Heart J 1995;130:838-840
Site de l'établissement français du sang : dondusang.net

Remerciement

Merci à Alain pour la question qu'il nous a posée par mail et qui nous a conduits à réaliser ce dossier.